Aller au contenu

Questions en KI-

Les questions en KI- se font avec les corrélatifs en KI-. Le mot en KI- interrogatif représente l'information qu'on cherche.

Le mot en KI- se trouve normalement au début de la phrase.

  • Kion vi volas?Mi volas manĝon! - Que veux-tu ? — Je veux de la nourriture !
  • Kian manĝon vi deziras?Mi deziras malmultekostan manĝon! - Quelle nourriture veux-tu ? — Je veux de la nourriture bon marché !
  • Kiel vi fartas?Mi fartas bone! - Comment vas-tu ? — Je vais bien !
  • Kiom da pomoj vi havas?Mi havas du kilogramojn da pomoj! - Combien de pommes avez-vous ? — J’ai deux kilos de pommes !
  • Kies estas tiu aŭto?Ĝi apartenas al Anno! Ĝi estas de Anno! Ĝi estas ŝia! - À qui est cette voiture ? — Elle appartient à Anne ! C’est celle d’Anne ! C’est la sienne !
  • Kiam do?Morgaŭ! - Quand donc ? — Demain !

On utilise aussi les mots en KI- pour les propositions interrogatives: Ŝi demandis, kion mi volas.

Questions en Ĉu

Les questions en ĉu se font par le mot interrogatif ĉu. Les questions en ĉu demandent une confirmation de la justesse de toute la phrase. La réponse est normalement jes ou ne.

Ĉu se trouve normalement au début de la question.

  • Ĉu vi komprenas min?Jes, mi komprenas vin! Ne, mi ne komprenas vin! - Est-ce que tu me comprends ? — Oui, je te comprends ! Non, je ne te comprends pas !
  • Ĉu vi estas Kanadano?Jes, mi estas Kanadano! Ne, mi ne estas Kanadano! - Est-ce que tu es canadien ? ­— Oui, je suis canadien ! Non, je ne suis pas canadien.
  • Ĉu li?Jes, li! - Lui ? — Oui, lui !
  • Ĉu ĝi estas taŭga?Jes, (ĝi) estas! - Est-ce qu’il convient ? — Oui !

Une question débutant par Ĉu peut également donner un choix entre plusieurs réponses. Dans un tel cas, on choisit normalement la réponse entre plusieurs options.

  • Ĉu vi volas kafon aŭ teon?Mi volas kafon! Mi volas teon! Mi volas nek kafon, nek teon! Mi volas kaj kafon, kaj teon! - Est-ce que tu veux du café ou du thé ? —  Je veux du café ! Je veux du thé ! Je ne veux ni du café, ni du thé ! Je veux du café et du thé !
  • Ĉu li aŭ ŝi?Ŝi! Li! Iu ajn el ili! Neniu el ili! Ambaŭ! - Lui ou elle ? — Elle ! Lui ! N’importe lequel d’entre eux ! Aucun des deux ! Les deux !

Réponses simples

Pour répondre aux questions en ĉu on peut simplement dire une phrase (complète ou abrégée) qui donne la réponse à la question:

  • Ĉu vi amas min? — Mi amas vin! - Est-ce que tu m’aimes ? – Je t’aime !
  • Kaj ĉu vi longe lernis? — Ho, mi lernis ne malpli ol tri jarojn. - Et as-tu étudié longtemps ? — Oh, j’ai étudié pas moins de trois ans.

Mais normalement on utilise les mots jes ou ne. Ces mots sont en eux-mêmes une phrase complète. On ajoute quand même souvent une phrase de réponse, complète ou partielle, pour plus de clarté.

Jes

La réponse jes donne une réponse positive :

  • — Ĉu vi volas kafon? — Jes! (= Mi volas kafon.) - — Est-ce que tu veux du café ? — Oui ! (= Je veux du café.)
  • — Ĉu vi ion deziras? — Jes! (= Mi ion deziras.) - — Est-ce que vous désirez quelque chose ? — Oui ! (= Je désire quelque chose.)
  • Ĉu la Universala Kongreso estos en Eŭropo ĉi-jare? — Mi pensas, ke jes! = Mi pensas, ke ĝi ja estos en Eŭropo ĉi-jare! - Est-ce que Universala Kongreso (congrès international d’espéranto) sera en Europe cette année ? – Je pense qu’il sera en Europe cette année !

    Le mot jes remplace la proposition complète (sauf le mot introductif ke).

On ne doit pas utiliser jes l’intérieur d’une phrase pour souligner la véracité de quelque chose. Pour cela, on doit utiliser la particule ja. Ne dites pas : Tiu ĉi suko ne estas dolĉa, dum tiu alia jes estas. Dites plutôt : Tiu ĉi suko ne estas dolĉa, dum tiu alia ja estas..

Ne

La réponse ne donne une réponse négative:

  • — Ĉu vi volas kafon? — Ne! (= Mi ne volas kafon.) - — Veux-tu du café ? – Non ! (= Je ne veux pas de café.)
  • — Ĉu vi ion deziras? — Ne! (= Mi nenion deziras.) - Désires-tu quelque chose ? — Non ! (= Je ne désire rien.)
  • Ĉu li estas blondulo aŭ brunulo? — Ne, pli kaŝtanhara. = Li estas nek blondulo nek brunulo, li estas pli kaŝtanhara. - Est-il blond ou brun ? — Non, il est châtain. = Il n’est ni blond ni brun, il est plus châtain.
  • Ha, ĉu efektive la malgranda Kay mortis? La rozoj estis sub la tero, kaj ili diras, ke ne! = ...ili diras, ke li ne mortis. - Ah, est-ce que le petit Kay est effectivement mort ? Les roses étaient sous la terre, et ils disaient que non ! = …ils disent qu’il n’est pas mort.

Il faut distinguer ne comme mot négatif à l'intérieur d'une phrase, et ne comme réponse à une question.

  • Ne venu ĉi tien! = Mi volas, ke vi ne venu ĉi tien. - Ne viens pas ici ! = Je veux que tu ne viennes pas ici.

    Ne rend négatif le prédicat.

  • Ne, venu ĉi tien! = Ne! Mi ja volas, ke vi venu ĉi tien. - Non, viens ici ! = Non ! Je veux effectivement que tu ne viennes pas ici.

    Ne est une réponse et joue plus ou moins le rôle d’une phrase entière.

Si, tout juste après un ne commençant une réponse, suit une phrase débutant par un verbe, il faut marquer une pause clairement audible après ne pour éviter toute équivoque.

Jes et ne avec les questions interro-négatives :

Il y a deux façons de répondre à une question interro-négative. L'une est plus fréquente dans les langues occidentales, l'autre est plus fréquente dans les langues orientales. Ainsi on peut parler d'un usage occidental et d'un usage oriental, mais en fait les deux systèmes cohabitent dans beaucoup de langues et de pays. Les deux systèmes cohabitent aussi en espéranto. Zamenhof utilisait plus souvent jes et ne selon l'usage occidental, mais il a aussi plusieurs fois utilisé l'usage oriental.

Système occidental

Dans le système occidental, jes représente une réponse positive et ne représente une réponse négative. Une phrase de réponse négative est une phrase qui contient un mot négatif (ne ou mot en NENI-) dans la proposition principale. Dans le système occidental le sens de la réponse est indépendant de la forme de la question. Si la question est interro-négative on répond par le même mot qu'on utiliserait pour une interrogation directe. Seule la forme de la phrase de réponse que représente le mot est importante :

  • Ĉu vi volas kafon? - Veux-tu du café ?(interrogation positive)
    • Jes! (= Mi volas kafon.) - — Oui ! (= Je veux du café.)
    • Ne! (= Mi ne volas kafon.) - — Non ! (= Je ne veux pas de café.)
  • Ĉu vi ne volas kafon? - Tu ne veux pas de café ?(interrogation négative)
    • Jes! (= Mi volas kafon.) - — Oui ! (= Je veux du café.)
    • Ne! (= Mi ne volas kafon.) - — Non ! (= Je ne veux pas de café.)
  • Ĉu vi nenion deziras? - Ne désires-tu rien ?
    • Jes! (= Mi ja deziras ion.) - — Si ! (= Je désire effectivement quelque chose.)
    • Ne! (= Mi deziras nenion.) - — Non ! (= Je ne désire rien.)

Pour répondre (selon le système occidental) de façon affirmative à une interrogation négative, on peut aussi utiliser la réponse emphatique Jes ja! = Jes, tiel ja estas! (ou une expression similaire) : Ĉu vi ne volas trinki la malvarman kafon? — Jes ja! (= Jes, mi ja volas trinki ĝin.) Kelkaj uzas tamen anstataŭ jes ja. Certains utilisent tamen à la place de jes ja.

Système oriental

Dans l'usage oriental, jes confirme exactement ce que la question contient, et ne infirme toute la question. Dans cet usage jes et ne échangent leurs rôles pour les questions interro-négatives :

  • Ĉu vi volas kafon? - Veux-tu du café ?(interrogation positive)
    • Jes! (= Mi volas kafon.) - — Oui ! (= Je veux du café.)
    • Ne! (= Mi ne volas kafon.) - — Non ! (= Je ne veux pas de café.)
  • Ĉu vi ne volas kafon? - Tu ne veux pas de café ?(interrogation négative)
    • Jes! (= Mi ne volas kafon.) - — Oui ! (= Je veux du café.)
    • Ne! (= Mi ja volas kafon.) - — Non ! (= Je ne veux pas de café.)
  • Ĉu vi nenion deziras? - Ne désires-tu rien ?
    • Jes, mi nenion deziras. - — Oui, je ne désire rien.
    • Ne, mi ja deziras ion. - – Non, je désire bien quelque chose.

Deux logiques

Ces deux façons de répondre aux questions interro-négatives sont logiques, mais chacune à sa façon. Ce serait mieux s'il n'existait qu'un seul usage en espéranto. En principe on peut recommander l'usage occidental, car il est actuellement le plus utilisé et clairement le plus fréquent chez Zamenhof. Mais il semble qu'il ne soit pas possible d'atteindre un usage unifié. Les deux usages cohabitent donc. Ainsi on sera prudent pour répondre à une question interro-négative. On préfèrera ajouter un élément de clarification pour éviter les malentendus.

Retour au début