Aller au contenu

Pli, plej

Pour indiquer le niveau de comparaison on utilise pli et plej, qui décrivent en général des adjectifs et des adverbes, mais parfois aussi d'autres mots.

Pli

Pli indique que la qualité, la manière, l’action, etc. comparée est supérieure à autre chose avec laquelle on compare. Pour indiquer à quoi la chose après pli est supérieure, on utilise la particule ol :

  • La papero estas tre blanka, sed la neĝo estas pli blanka. - Le papier est très blanc mais la neige est plus blanche.

    La blancheur de la neige est supérieure à celle du papier.

  • Mi havas pli freŝan panon, ol vi. - J’ai du pain plus frais que toi

    La fraîcheur de mon pain est supérieure à la fraîcheur de ton pain.

  • Nu, iru pli rapide! - Maintenant, va plus vite !

    Ta vitesse doit être plus grande que ta vitesse actuelle.

  • Du homoj povas pli multe fari ol unu. - Deux personnes peuvent faire plus qu’une seule.

    La quantité que peuvent faire deux personnes est supérieure à la quantité que peut faire une seule personne.

  • Mia frato diris al Stefano, ke li amas lin pli, ol sin mem. - Mon frère a dit à Stéphane qu’il l’aime plus que lui-même.

    Le frère aime Stéphane et lui-même, mais son amour pour Stéphane est plus grand que son amour pour lui-même.

  • Mieno lia montris pli suferon, sed ne koleron. - Sa mine montrait plus de douleur, mais pas de colère.

    La mine montrait différentes choses, mais c’est la douleur qui se voyait le plus.

  • Ĝi eĉ unu minuton pli ne povus elteni. Pli = pli longe. - Il ne pourrait pas tenir ne serait-ce qu’une minute de plus. Plus = plus longtemps.
  • Restas ĉirkaŭ dek personoj, ne pli. Pli = pli multaj. - Il reste environ dix personnes, pas plus.

Ne confondez pas pli avec la particule plu qui montre que l’action continue de durer. Plu est une particule temporelle : Tenu ankaŭ plu ĝin en sekreto. = Ne ĉesu teni ĝin en sekreto. Daŭrigu teni ĝin en sekreto. Ni ne ĉesis labori, sed plu faris niajn taskojn. Mi plu amos vin ĝis la morto.

Pli ne peut indiquer le temps que s'il y a un autre mot temporel ou s'il est sous-entendu :

  • Li rakontis plu. = Li daŭrigis sian rakontadon. - Il a continué à raconter. = Il a raconté plus longtemps.
  • Li rakontis pli. = Li rakontis pli multe da aferoj. - Il a raconté plus. = Il a raconté plus de choses.
  • Li ne vivos plu. = Li ne vivos pli longe. - Il ne vivra plus. = Il ne vivra pas plus longtemps.
  • Mi pensas, ke ĝi estos konstruata pli [longe] ol tri jarojn. - Je pense qu’il ne sera pas construit pendant plus de trois ans.

    Ici, ce n’est pas possible d’employer plu car il est suivi d’une expression introduire par ol, qui nécessite la particule pli ou un mot similaire.

Plej

Plej montre que la possibilité, la manière, l’action, etc. décrite est supérieure à toutes les autres auxquelles on la compare. Cela peut être toutes les autres qui existent ou toutes les autres dans un contexte particulier :

  • Aŭgusto estas mia plej amata filo. - Auguste est mon fils le plus aimé.

    Il n’y a pas de fils que j’aime le plus.

  • Ŝi prenis la plej belan arĝentan vazon, kiu estis en la loĝejo. - Elle prit le plus beau vase en argent qu’il y avait dans le logement.

    Il n’existait pas de vase en argent plus beau.

  • Li estas tre ekkolerema kaj ekscitiĝas ofte ĉe la plej malgranda bagatelo. - Il est très colérique et s’excite souvent pour la moindre bagatelle.
  • Li ekaŭdis bruan tonon, kiu povis ektimigi la koron eĉ de plej kuraĝa viro. - Il entendit un grondement bruyant qui pouvait apeurer le cœur de l’homme le plus courageux.
  • Plej multe li amas, ke oni lin bone akceptu, ke la regalado estu bona. = Li plej amas, ke... - Ce qu’il aime le plus, c’est qu’on l’accueille bien, que le festin soit bon.

Pour montrer le groupe à l’intérieur duquel l’expression introduite par plej se rapporte, on utilise normalement la preposition el : Ŝi estas la plej saĝa el ĉiuj, kiujn mi konas. On peut également montrer sur quoi l’expression introduite par plej valide en utilisant en, sur, inter ou une autre préposition de lieu : Ĝi estas la plej alta montaro en Azio.

Quand on compare exactement deux choses, la difference entre la pli et la plej disparaît. Si une chose est plus grande qu’une autre, elle est automatiquement la plus grande des deux :

  • Ĝi estas la pli bona el la du. = Ĝi estas la plej bona el la du. - Il est le meilleur des deux.

Si l’on emploie la pli, il ne peut normalement être question que de deux choses et il est donc inutile de préciser « el la du » :

  • Ŝi estas la pli aĝa. = Ŝi estas la plej aĝa el la du. - Elle est la plus âgée. = Elle est la plus âgée des deux.

Mais dans certains contextes, il n’y a pas forcément seulement deux choses : Ĉu tiu estas unu el viaj malpli aĝaj fratinoj? Ne, ŝi estas la pli aĝa. Elle est une de mes nombreuses sœurs qui sont plus âgées que moi.

De nombreuses personnes pensent même qu’on doit utiliser la pli quand on compare deux choses, et que la plej est dans ce cas-là incorrect. Dans tous les cas, il est souvent plus élégant d’employer la pli.

Malpli, malplej

Pour comparer, on peut également utiliser les formes malpli et malplej :

  • Via pano estas malpli freŝa, ol mia....pli malfreŝa... - Ton pain est moins frais que le mien. ≈ ...plus rassis...
  • La amaso kuris malpli rapide ol la veturilo, kiu ruliĝis tre rapide....pli malrapide... - La foule courait moins vite que le véhicule, qui roulait très rapidement. ≈ ...plus lentement...
  • Ĝuste tie troviĝas unu loko, kiu, estante malplej facile komprenebla, malplej bone aperis en la traduko....plej malfacile... ...plej malbone... - Juste ici se trouve un passage qui, étant le moins facilement compréhensible, apparaît le moins bien dans la traduction. ≈ ...le plus difficilement... ...de la façon la mauvaise...
  • Tiu estas la malplej taŭga el ĉiuj....plej maltaŭga... - C’est le moins adapté de tous. ≈ ...le plus inadapté...
  • Li estas la malpli aĝa frato (el la du fratoj)....la pli juna... - Il est le moins âgé (des deux frères). ≈ ...le plus jeune...

Parfois, on peut déplacer le prefixe MAL- comme on veut dans ce type de phrases, mais il existe souvent une différence de nuance entre les différentes formulations. La différente peut même être très grande  Li estas malpli bela ol vi. Li estas pli malbela ol vi. La première variante est un compliment. La deuxième est une insulte.

Kiel eble plej

L’expression kiel eble plej montre la volonté de maximiser quelque chose. Elle montre qu’on ne doit pas utiliser toutes les possibilités pour atteindre un grade plus haut.

  • La vortaro devis havi amplekson kiel eble plej malgrandan. - Le dictionnaire devait avoir une taille la plus petite possible.

    Plus il est petit, mieux c’est.

  • Diru kiel eble plej rapide, per kio mi povas esti utila al vi! - Dites-moi le plus rapidement possible par quoi je peux vous être utile !

    Utilisez votre vitesse maximale.

Une autre variante populaire est plejeble : Faru tion plejeble rapide!

Ne confondez pas kiel eble plej avec kiom eble (plej/pli), qui a une nuance de limite. Alors que kiel eble plej tend vers le maximum, kiom eble (pli/plej) montre qu’il y a des limites dans les possibilités :

  • Estas dezirinde ke ĉiuj uzu la novajn vortojn kiom eble egale. - Il est souhaitable que tous utilisent les nouveaux mots de la façon la plus équitable possible.

    L’équité absolue n’est probablement pas possible.

  • Mi kiom eble evitas tiun vorton. = Mi vere provas eviti tiun vorton, sed povas esti, ke tio ne ĉiam eblas. - J’évite tant que possible ce mot. = Je peux éviter ce mot, mais il se peut que cela ne soit pas toujours possible.
  • Li devas — kiom tio estas ebla — uzi lingvon kiom eble plej neŭtralan. - Il doit — autant que possible — utiliser un langue la plus neutre possible.

Une autre variante avec une nuance de limite est laŭeble plej.

Kiel et ol

Avec les particules kiel et ol on peut montrer avec quoi l’on compare. Dans ce type d’usage, kiel et ol sont semblables à des prépositions, ainsi qu’à des conjonctions de subordination. On peut dire qu’elles forment une catégorie particulière de mots : les particules comparatives.

Avec kiel on fait une comparaison d’égalité qui montre ce à quoi quelque chose est similaire. Kiel peut être employé conjointement à un corrélatif en TI- ou à sama/same, mais souvent ce type de mot est seulement sous-entendu :

  • Tiu ĉi malfreŝa pano estas malmola, kiel ŝtono. - Ce pain rassis est dur comme de la pierre.

    La dureté du pain ressemble à la dureté de la pierre.

  • Ŝiaj okuloj estis kiel du steloj. = Ŝiaj okuloj similis al du steloj. - Ses yeux étaient comme deux étoiles. = Ses yeux ressemblaient à des étoiles.
  • Nia regimentestro estas por siaj soldatoj kiel bona patro. - Notre commandant est pour ses soldats comme un bon père.
  • Mi ĝojas, ke vi havas tian saman opinion, kiel mi. - Je suis content que tu aies la même opinion que moi.
  • Li estis kiel senviva. = Lia eco similis al senviveco. - Il était comme sans vie. = Son aspect ressemblait au manque de vie.
  • Sentu vin tute kiel hejme. - Sentez-vous comme chez vous.
  • Diskuti kun li estas same senutile, kiel draŝi venton. - Discuter avec lui est aussi inutile que de brasser du vent.
  • Mi zorgas pri ŝi tiel, kiel mi zorgas pri mi mem. - Je m’occupe d’elle comme je m’occupe de moi-même.
  • La afero ne estas tia, kiel oni pensas. - L’affaire n’est pas telle que l’on pense.

Avec ol on fait une comparaison d’inégalité qui montre ce à quoi une chose est différente. Ol est normalement employé avec pli, malpli, malsama, malsame, alia ou alie :

  • Lakto estas pli nutra, ol vino. = Lakto malsimilas al vino laŭ la nutreco. - Le lait est plus nourrissant que le vin. = Le lait est différent du vin d’un point de vue nutritionnel.
  • Mi havas pli freŝan panon, ol vi. = Se oni komparas kun vi (kun la pano, kiun vi havas), mi havas pli freŝan panon. - J’ai du pain plus frais que toi. = Si l’on compare avec toi (avec le pain que tu as), j’ai du pain plus frais.
  • Vi estas pli ol beleta, vi estas bela! - Tu es plus que mignonne, tu es belle !
  • Ŝi estis ankoraŭ pli bela ol antaŭe. - Elle était encore plus belle qu'avant.
  • Pli bone ne fari, ol erari. - Mieux ne rien faire que se tromper.
  • Ĝi estis al mi pli kara, ol mi povas diri. - C’était pour moi plus clair que ce que je peux dire.

Avec preferi preferi (prefere, prefero, etc.), on peut montrer ce que l’on ne préfère pas avec une particule. Avec un infinitif également on utilise ol, parfois anstataŭ. Devant un substantif ou devant un pronom, on utilise normalement al, mais antaŭ, kontraŭ et anstataŭ sont possibles également :

  • Tiam Dio inspiris al mi la ideon ekbruligi mian liton, prefere neniigi mian domon per fajro, ol permesi, ke la granda amaso da homoj mizere pereu. - Alors Dieu m’inspira l’idée de faire brûler mon lit, de préférence réduire ma maison à rien par le feu que de permettre que la grande foule de gens périsse misérablement.
  • Mia edzino preparas manĝojn, kiujn mi certe preferas al la manĝoj el la kuirejoj de la plej bonaj hoteloj. - Ma femme prepare des repas que je préfère certainement au repas des cuisines des meilleurs hôtels.
  • Li ne atentas la vizaĝon de princoj, kaj ne preferas riĉulon antaŭ malriĉulo. - Il ne fait pas attention au visage des princes et ne préfère pas le riche avant le pauvre.
  • Preferos la morton ol la vivon ĉiuj restintoj. = ...ol elekti la vivon... - Tous ceux qui restent préfèreront la mort à la vie. = ...plutôt que de choisir la vie...

    Ol se rapporte à un infinitif sous-entendu. C’est pourquoi on utilise ol.

Kiel et ol utilisés ensemble avec un marqueur de fonction

Si après un kiel de comparaison ou ol se trouve un groupe nominal (ou un pronom) sans marqueur de fonction, la comparaison se rapporte au sujet de la phrase. La chose introduite par kiel ou par ol est en quelque sorte sujet dans l’idée de la phrase. Cette expression introduite par kiel ou par ol peut également avoir un autre rôle dans la phrase qui ne prend pas de marqueur grammatical, par exemple un attribut.

Si une telle expression de comparaison doit être comprise comme complement d’objet ou comme attribut, on doit utiliser un marqueur grammatical pour montrer cela :

  • Mi elektis lin kiel prezidanto. - Je l'ai choisi en tant que président.

    Idée sous-entendue : Prezidanto elektis lin.. Le président c’est moi, sujet de la phrase.

  • Mi elektis lin kiel prezidanton. - Je l’ai élu comme président.

    Idée sous-entendue : Mi elektis prezidanton. C’est lui qui est devenu président, l’objet de la phrase.

  • Li amos sian landon pli ol ĉiuj aliaj landoj. (Ĉiuj aliaj landoj amos lian landon malpli.) - Il aimera son pays plus que tous les autres pays. (Tous les autres pays aimeront moins son pays.)
  • Li amos sian landon pli ol ĉiujn aliajn landojn. (Li amos ĉiujn aliajn landojn malpli.) - Il aimera son pays plus que tous les autres pays. (Il aimera moins tous les autres pays.)
  • Tie la suno lumis multe pli hele ol ni. (Ni lumis malpli hele.) - Là, le soleil brillait beaucoup plus clairement que nous. (Nous éclairions beaucoup moins clairement).
  • Tie la suno lumis multe pli hele ol ĉe ni. (Ĉe ni la suno lumis malpli hele.) - Là, le soleil éclairait beaucoup plus clairement que chez nous. (Chez nous, le soleil brillait clairement).
  • Li uzas Esperanton, kiel sekretan lingvon. (Li uzas sekretan lingvon.) - Il utilise l’espéranto comme langue secrète. (Il utilise une langue secrète.)
  • Ŝi havas multe da ne-Esperantistoj kiel amikojn. (Ŝi havas amikojn.) - Elle a beaucoup de non espérantistes comme amis. (Elle a des amis.)
  • Al vi kiel al esperantistoj mi volas nur diri, ke terure altaj kaj dikaj estas ankoraŭ la interpopolaj muroj. (Mi diros tion al esperantistoj.) - À toi comme aux espérantistes, je veux juste dire que les murs entre les peuples sont encore terriblement hauts et épais. (Je dirai cela aux espérantistes.)
  • Estis tie tiel lume, preskaŭ kiel dum la tago. (Dum la tago estas tiel lume.) - Il faisait clair presque comme pendant le jour. (Pendant le jour il y a une clarté comme celle-là.)
  • Mia frato diris al Stefano, ke li amas lin pli, ol sin mem. (Li amas sin mem.) - Mon frère a dit à Stéphane qu’il l’aime plus que lui-même. (Il s’aime lui-même.)
  • Estas ja pli bone havi ion, ol nenion. (Oni povus havi nenion.) - Il vaut mieux avoir quelque chose que rien. (On pourrait ne rien avoir.)
  • Neniam mi amis lin pli multe, ol en la tago, kiam li de tie ĉi forveturis. (En tiu tago mi amis lin multe.) - Jamais je ne l’ai aimé plus qu’en ce jour quand il est parti d’ici. (En ce jour, je l’ai beaucoup aimé.)
  • Antono devis pensi pri io alia ol pri sia ama aflikto. (Li ne pensu nur pri sia ama aflikto.) - Antoine devait penser à quelque chose d’autre que sa peine de cœur. (Il ne doit pas penser qu’à sa peine de cœur.)

Parfois une expression introduite par kiel ou par ol est liée uniquement à l’épithète d’un nom. Si cette épithète a une finale –N, l’expression de comparaison ne doit cependant pas porter la finale –N car l’expression de comparaison n’est pas l’objet d’une phrase sous-entendue :

  • Li uzas domon grandan kiel palaco.Li uzas domon. La domo estas granda kiel palaco. - Il utilise une maison grande comme un palais. ≈ Il utilise une maison. La maison est grande comme un palais.

    La comparaison a trait uniquement à la taille de la maison. Comparez avec : 1}Li uzas grandan domon kiel palacon. (Li uzas palacon.)

  • Mi neniam renkontis homon (tian) kiel ŝi.Mi ne renkontis homon, kiu estas simila al ŝi. - Je n’ai jamais rencontré de personne comme elle (telle qu’elle). ≈ Je n’ai jamais rencontré de personne qui lui ressemble.
  • Ĝi havas du okulojn tiel grandajn, kiel du tasoj.La okuloj estas tiel grandaj kiel du tasoj. - Il a deux yeux grands comme deux tasses. ≈ Les yeux sont aussi grands que deux tasses.
  • Li lernis gravajn lingvojn, kiel la Angla lingvo kaj la Franca. (La Angla lingvo kaj la Franca estas tiaj gravaj lingvoj.) - Il a appris des langues importantes comme l’anglais et le français. (L’anglais et le français sont de telles langues importantes.)

    L’anglais et le français sont des exemples de langues de ce type qu’il a apprises. Peut-être qu’il n’a pas seulement appris celles-là.

  • Mi havas alian proponon, ol la ĵus prezentita. (Mia propono estas alia, ol la ĵus prezentita.) - J’ai une autre proposition que celle qui vient d’être présentée. (Ma proposition est différente de celle qui a été présentée.)
  • Li havas korpon pli larĝan ol alta. = ... pli larĝan ol ĝi estas alta. - Il a le corps plus large que haut. = … qui est plus large qu’il n’est haut.

Kiel montrant l’identité et la fonction

Normalement, un kiel de comparaison montre la similitude (…tia kiel…, …tiel kiel…, etc.), mais parfois il montre l’identité ou la fonction. Kiel signifie alors « étant, en tant que » :

  • Mi elektis lin kiel prezidanto. = ...estante prezidanto. ...en mia rolo de prezidanto., ...ĉar mi estas prezidanto. - Je l’ai élu en tant que président. …car j’ai la fonction de président, … car je suis président.
  • Ŝi estus bona por mi kiel edzino! = ...estante edzino! ...en edzina rolo! - Elle serait bien pour moi comme épouse ! = …en étant mon épouse ! …dans le rôle d’épouse !
  • Li naskiĝis kiel Franco, sed mortis kiel homarano. - Il est né comme Français, mais il est mort comme membre de l’humanité.

    Il était Français quand il est né, mais c’est en membre de l’humanité qu’il est mort.

Seul le contexte peut indiquer si kiel indique la similitude, l'identité ou la fonction.

Peut-on avoir des phrases abrégées comme expressions de comparaison ?

On peut souvent remplacer une expression introduite par kiel par une entière proposition avec un verbe, mais cela n’est pas toujours possible :

  • Li uzas sian hejmon kiel laborejon.Li uzas sian hejmon (tiel), kiel oni uzas laborejon. - Il utilise sa maison comme un lieu de travail. → Il utilise sa maison comme on utilise un lieu de travail.

    La proposition introduite par kiel a la même signification que l’expression introduite par kiel.

  • Mi elektis ŝin kiel prezidanton.Mi elektis ŝin (tiel), kiel oni elektas prezidanton. - Je l’ai élue comme présidente. → Je l’ai élue comme on élit un(e) président(e).

    La préposition entière introduite par kiel a la même signification que l’expression de comparaison. L’expression de comparaison informe sur le poste qui lui a été attribué. La phrase introduite par kiel montre la manière dont on l’a élue.

Les expressions introduites par kiel ne sont donc pas (ou pas toujours) des propositions abrégées.

Certains pensent qu’on doit toujours utiliser le mot en KI- qu’on utiliserait dans une phrase complète. Ils utilisent alors souvent kia(j)(n) au lieu de kiel pour indiquer une comparaison d’égalité. Cet usage n’est pas traditionnel et peut parfois manquer tout à fait d’élégance :

  • Li vizitis tiajn urbojn, kia estas Parizo. - Il a visité des villes telles que Paris.Li vizitis (tiajn) urbojn kia Parizo.

    Dites plutôt : Li vizitis (tiajn) urbojn kiel Parizo.

  • Li loĝas en la sama urbo, en kiu mi loĝas. - Il habite dans la même ville que moi.Li loĝas en la sama urbo, en kiu mi.

    Dites plutôt : Li loĝas en la sama urbo kiel mi.

  • Li naskiĝis en la sama tago kaj en la sama loko, kiam kaj kie mi naskiĝis. - Il est né le même jour et au même endroit que moi.Li naskiĝis en la sama tago kaj en la sama loko, kiam kaj kie mi.

    Dites plutôt : Li naskiĝis en la sama tago kaj (en la sama) loko kiel mi.

  • Emilio havis sur si eĉ la saman veston, kiun ŝi tiam havis sur si. - Emilio portait le même vêtement que celui qu’elle portait toujours.Emilio havis sur si eĉ la saman veston kiun tiam.

    Dites comme Zamenhof : Emilio havis sur si eĉ la saman veston kiel tiam.

Si l’expression d’une comparaison est une subordonnée complète, on peut l’introduire par kia, kiu, kiam, etc., mais si l’expression de comparaison est une partie de phrase isolée (sans verbe), on doit utiliser kiel.

Kvazaŭ

Dans les expressions de la similarité, on peut également utiliser kvazaŭ à la place de kiel, si la similitude semble sans être réelle, cet c’est ce qu’on veut souligner :

  • Dum momento li staris senmova, kvazaŭ ŝtoniĝinta. - Pendant un moment, il resta sans bouger, comme pétrifié.

    Il n’est pas vraiment pétrifié.

  • Silente li migris tra la lando, kiu aperis al li kvazaŭ abunda fruktoĝardeno. - En silence il parcourut le pays, qui lui apparaissait Presque comme un verger fécond.
  • Ĉiu statuo sur la riĉaj sarkofagoj ŝajnis kvazaŭ ricevinta vivon. - Chaque statue sur les riches sarcophages semblaient presque recevoir la vie.

On doit parfois utiliser la finale -N (ou un autre marqueur de fonction) après un kvazaŭ de comparaison, de la même façon qu’après kiel : Tiesto ŝtelis filon de Atreo kaj lin edukis kvazaŭ sian propran.

Retour au début