Aller au contenu

Numéraux

Les numéraux sont des particules qui expriment un nombre. Il existe treize numéraux en espéranto :

nul
0
unu
1
du
2
tri
3
kvar
4
kvin
5
ses
6
sep
7
ok
8
naŭ
9
dek
10
cent
100
mil
1000

On exprime les autres nombres par une combinaison de ces numéraux. Comme en français, on exprime un nombre en donnant en premier le nombre de milliers, puis de centaines, puis de dizaines et enfin d’unités.

11
dek unu
12
dek du
13
dek tri
14
dek kvar
15
dek kvin
16
dek ses
17
dek sep
18
dek ok
19
dek naŭ
20
dudek
21
dudek unu
22
dudek du
23
dudek tri
30
tridek
40
kvardek
50
kvindek
60
sesdek
70
sepdek
80
okdek
90
naŭdek
100
cent
101
cent unu
110
cent dek
111
cent dek unu
200
ducent
232
ducent tridek du
300
tricent
400
kvarcent
500
kvincent
600
sescent
700
sepcent
800
okcent
900
naŭcent
1000
mil
1001
mil unu
1011
mil dek unu
1111
mil cent dek unu
1234
mil ducent tridek kvar
2000
du mil
2678
du mil sescent sepdek ok
3000
tri mil
4000
kvar mil
5000
kvin mil
6000
ses mil
7000
sep mil
8000
ok mil
9000
naŭ mil
10000
dek mil
11000
dek unu mil
12000
dek du mil
20000
dudek mil
30000
tridek mil
42000
kvardek du mil
999000
naŭcent naŭdek naŭ mil
999999
naŭcent naŭdek naŭ mil naŭcent naŭdek naŭ

Les dizaines et les centaines sont écrites (et énoncées) comme un seul mot : dudek, tridek, ducent, tricent, etc. Tout le reste doit être écrit avec des mots séparés, y compris les milliers.

Les dizaines et les centaines reçoivent l’accent tonique sur l’avant-dernière voyelle, comme tous les autres mots : dUdek, trIdek, dUcent, trIcent Chaque élément d’un nombre est prononcé comme des mots séparés : dEk dU, dEk trI, cEnt dU, cEnt trI, cEnt dEk dU, dU mIl, trI mIl, dU mIl dEk dU.

On peut créer, à partir de ces bases, des mots composés, par exemple des substantifs et des adjectifs numéraux. Cependant on peut ou on doit les attacher ou éventuellement les lier par des traits d’union.

Nul était à l’origine un substantif : nulo (nom du chiffre 0). Mais cela fait longtemps qu’on l’utilise aussi comme numéral sans finale, par exemple : 0,5 = nul komo kvin (ou nulo komo kvin).

Parfois, on peut employer la forme abrégée un' à la place de unu.

Emploi des numéraux

Les numéraux apparaissent le plus souvent comme épithètes de substantifs. Dans ce cas, les numéraux ne prennent ni la finale –N ni la finale –J :

  • Mi havas nur unu buŝon, sed mi havas du orelojn. - Je n’ai qu’une bouche, mais j’ai deux oreilles.
  • Li faris ĉion per la dek fingroj de siaj manoj. - Il a tout fait des dix doigts de ses mains.
  • Li havas dek unu infanojn. - Il a onze enfants
  • Sesdek minutoj faras unu horon, kaj unu minuto konsistas el sesdek sekundoj. - Soixante minutes font une heure, et une minute consiste en soixante secondes.

Parfois le substantif est sous-entendu :

  • Nu, se vi ne havas mil [rublojn], mi petas cent rublojn. - Bon, si tu n’en as pas mille [roubles], je te demande cent roubles.
  • Kiun el la tri [aferoj/personoj] vi elektas? - Laquelle des trois [choses / personnes] choisissez-vous ?

Nul apparaît d’ordinaire comme nombre épithète uniquement avant les unités de mesure :

  • La frostpunkto de akvo estas nul gradoj ĉe norma atmosfera premo. - Le point de fusion de l’eau est de zéro degré à pression atmosphérique normale.

    On écrit normalement 0 gradoj, mais on dit cela comme nul gradoj.

  • Ilia fina rezulto estis nul poentoj. - Leur résultat final était de zéro point.

Dans d’autres occasions on utilise normalement neniu : Mi havas neniun malamikon.

Les numéraux peuvent également apparaître comme mots indépendants dans différentes phrases. Souvent ils se comportent comme des substantifs. On n’utilise jamais la finale –N ni la finale –J :

  • Kvin kaj sep faras dek du. - Cinq et sept font douze.
  • Tridek kaj kvardek kvin faras sepdek kvin. - Trente et quarante-cinq font soixante-quinze.
  • Ilia nombro estas kvardek tri mil sepcent tridek. - Leur nombre est quarante-trois mille sept cent trente.
  • Divido per nul ne estas permesita. - Diviser par zéro est interdit.
  • Tri estas duono de ses. - Trois est la moitié de six.
  • Sep estas sankta nombro. - Sept est un nombre sacré.
  • Mi legis numeron 2 de la jaro 1990. - J’ai lu le numéro 2 de l’année 1990.

    Il s’agit du numéro d’un journal.

  • Ni loĝas en ĉambro tricent tridek tri en tiu hotelo. - Je loge dans la chambre trois cent trente-trois dans cet hôtel.

Quand il s’agit d’un numéro, on peut aussi utiliser un numéral ordinal : la dua numero, la jaro 1990-a, la tricent-tridek-tria ĉambro. Mais il peut y avoir une différence entre le numéro d’ordre et le nombre. Par exemple, kvara signifie qu’il y a trois autres avant dans l’ordre, alors que numero kvar signifie que la chose est identifiée par le numéro 4. Dans l’exemple de l’hôtel, il manque souvent des numéros, et la chambre 100 n’est pas exemple pas la centième chambre. Et si on est à la fin d’une rue, on peut dire que la maison numéro un n’est pas la première, mais la dernière maison de la rue.

Emplois particuliers de unu

La signification de base de unu est un nombre. Cet usage est expliqué plus haut dans la présentation des autres nombres. Mais unu a également d’autres sens et usages particuliers. Unu peut exprimer entre autre la similarité, l’unicité, l’individualité et l’identité :

  • La loĝantoj de unu regno estas samregnanoj, la loĝantoj de unu urbo estas samurbanoj, la konfesantoj de unu religio estas samreligianoj. = La loĝantoj de unu sama regno... - Les habitants d’un état sont des compatriotes, les habitants d’une ville sont des concitoyens, les croyants en une religion sont des coreligionnaires. = Les habitants d’un même pays…
  • Ŝin trafis unu malfeliĉo post la alia. - Il lui est arrivé un malheur après l’autre.

    Ici, unu accentue l’individualité de chaque malheur. Dans ce sens, unu est souvent employé avec alia.

  • En unu tago, kiam ŝi estis apud tiu fonto, venis al ŝi malriĉa virino. - Un jour, alors qu’elle était à côté de cette source, une pauvre femme vint à elle.

    Il s’agit d’un jour connu du locuteur, mais pas de l’interlocuteur. Dans ce type d’usage, unu un article indéfini.

Unu est également utilisé seul, sans substantif après. Souvent, on peut dire que le substantif est sous-entendu, et parfois l’ajout d’un substantif ne pourrait que gêner. Unu est alors utilisé comme un pronom.

  • Ŝi estis unu el la plej belaj knabinoj, kiujn oni povis trovi. - Elle était une des plus belles filles qu’on pouvait trouver.
  • Unu babilis, alia kantis. - L’une discutait, les autre chantaient.

Quand un unu exprimant l’individualité ou employé comme pronom (exprimant parfois l’unicité) est employé pour plusieurs indidivus, il prend la finale J :

  • El ŝiaj multaj infanoj unuj estas bonaj kaj aliaj estas malbonaj. - Parmi ses nombreux enfants, les uns sont bons et les autres sont mauvais.
  • Dum unuj artikoloj alportas al nia afero rondon da novaj amikoj, multaj aliaj, skribitaj nelerte, tute perdiĝas sen rezultato. - Alors que certains articles apportent à notre affaire une ronde de nouveaux amis, de nombreux autres, écrits maladroitement, se perdent complètement sans résultat.
  • Unuj [studentoj] kun gaja rideto sur la buŝo, aliaj meditante, aliaj en vigla interparolado, unuope aŭ duope forlasas la universitatan korton. - Certaines [étudiants] avec un sourire joyeux sur la bouche, d’autres en train de méditer, d’autre dans une discussion animée, seul ou par deux, quittaient la cour de l’université.

La forme unu ne peut pas recevoir la finale N. Ceci est une règle de base qui s’applique toujours, que ce soit lorsque unu exprime un nombre ou lorsqu’il exprime une individualité ou une unicité : Unu mi renkontis en Londono, alian en Parizo. N’utilisez jamais la forme unun. Mais la forme unuj peut cependant recevoir la finale -N, car unuj ne peut jamais être un numéral. Il exprime toujours l’individualité ou l’unicité. La forme unujn est cependant nécessaire, mais très rarement utilisée : Unujn mi renkontis en Londono, aliajn en Parizo.

La règle qui interdit unun, mais permet unujn, est étrange d’un point de vue logique. Mais elle est très bonne du point de vue de l’usage pratique. Dans la pratique les emplois de unu pour exprimer un nombre, l’unicité ou l’individualité ne sont pas toujours faciles à distinguer. Il y a beaucoup de cas limites et c’est pourquoi la règle simple qui veut que unu n’ait jamais la finale –N est très pratique. On n’a pas besoin de se prendre la tête à chaque fois pour savoir si unu exprime un nombre, l’unicité ou l’individualité. Unuj montre cependant toujours l’individualité ou l’unicité et c’est pourquoi ce n’est pas un problème d’utiliser la finale –N après lui si la fonction dans la phrase l’exige.

Ne confondez pas le unu qui exprime un individualité avec le corrélatif iu. Un unu exprimant l’individualité montre que le locuteur sait bien de quel individu il parle (alors que le locuteur ne sait probablement pas). Iu montre que l’identité de l’individu dont on parle n’est pas connue ou n’est pas précisée, ou que son identité n’a pas d’importance.

  • Loĝas ĉi tie unu el viaj amikoj. - Ici habite un de vos amis.

    Le locuteur sait lequel des amis habite ici.

  • Loĝas ĉi tie iu el viaj amikoj. - Ici habite un de vos amis.

    Le locuteur ne sait (probablement) pas lequel des amis habite ici.

Souvent, on peut utiliser iu à la place de unu, quand il n’est pas important de montrer si l’individu est connu du locuteur. Mais unu est plus précis. Il montre que le locuteur connaît l’identité de la personne.

L’adjectif certa a parfois un sens similaire au unu employé pour exprimer l’individualité, mais certa est plus fort. Il montre avec plus d’insistance que quelque chose est connu du locuteur (mais probablement pas de l’interlocuteur) : certaj okazoj multe da saĝo estas pli malbona, ol se oni ĝin tute ne havus. Hieraŭ vizitis min certa sinjorino Schmidt.

Les divers emplois de unu peuvent paraître étranges à certains, en particulier parce que les livres de cours l’expliquent rarement. C’est pourquoi beaucoup préfèrent utiliser unu uniquement comme numéral et préfèrent pour les autres significations utiliser iu(j), kelka(j) et certa(j). C’est appauvrir la langue, car tous ces mots expriment des nuances différences, or toutes ces nuances sont nécessaires.

Unu... la alia

Un unu employé comme pronom fait partie de l’expression unu... (la) alia, avec laquelle on montre la réciprocité. Unu... (la) alia représente une phrase abrégée. Unu est normalement le sujet dans la phrase entière et (la) alia est objet ou a une fonction qui n’est pas le sujet :

  • Tiuj gejunuloj amas unu la alian.Tiuj gejunuloj amas. Unu amas la alian. - Ces vieux s’aiment l’un l’autre. → Ces vieux s’aiment. Chacun aime l’autre.

    Chacun d’entre eux aime l’autre.

  • Ili donis florojn unu al alia.Ili donis florojn. Unu donis florojn al alia. - Ils se sont donné des fleurs l’un à l’autre. → Ils ont donné des fleurs. L’un a donné des fleurs à un autre.

    Chacun d’eux a donné des fleurs à chacun des autres.

  • Li kunigis kvin tapiŝojn unu kun la alia. - Il a réuni cinq tapis l’un à l’autre.

    Il a réuni un tapis avec un autre.

On peut presque toujours employer unu... (la) alia sans finale -J. Au besoin, on peut cependant ajouter la finale –J à alia ainsi qu’à unu en fonction du sens recherché: La junaj knabinoj kaj junuloj ĉe la lageto babilas unuj kun la aliaj. Certains d’entre eux discutent avec d’autres d’entre eux. On doit parfois utiliser la forme unujn : La registaroj ĵetas la homojn unujn kontraŭ la aliajn. = La registaroj ĵetas unujn homojn kontraŭ la aliajn homojn.

À la place de unu... la alia on peut parfois utiliser le mot reciproke conjointement à si ou un autre pronom : La knabino kaj la knabo kisis sin reciproke. = La knabino kaj la knabo kisis unu la alian. On peut également utiliser reciproke avec unu... la alia pour renforcer l’idée de réciprocité : Vi ne estas reciproke egalaj unu al la alia en la regiono de la spirito. On peut aussi employer inter comme préfixe du verbe, souvent avec si ou un autre pronom, ou l’expression inter si (inter ni, inter vi), qui signifie toujours unu unu kun la alia ou a un sens similaire : Ili sin interakuzas. = Ili akuzas unu la alian. Ili interparolas. = Ili parolas unu kun la alia. Ili estis tre amikaj inter si. On ne doit jamais utiliser le pronom si avec unu... la alia. Ne dites pas : Ili amas sin unu la alian. Dites simplement : Ili amas unu la alian.

Substantifs numéraux

Les numéraux ayant le suffixe ON représentent une fraction.

  • duono = 1/2
  • triono = 1/3
  • dekono = 1/10
  • dekduono = 1/12
  • centono = 1/100
  • milono = 1/1000

Les nombres supérieurs à 999 999 sont exprimés par des substantifs numéraux.

miliono
1 000 000 (= un million)
miliardo
1 000 000 000 (= un milliard)
biliono
1 000 000 000 000 (= un billion)
triliono
1 000 000 000 000 000 000 (= un trillion)

Dans certaines langues, en particulier l’anglais et le russe, les mots tels que billion et trillion ont une tout autre signification. En espéranto, ces mots doivent cependant avoir la signification donnée ci-dessus et aucune autre. Il existe également des mots pour les nombres plus grands, mais ils sont très rarement usités.

Les substantifs numéraux peuvent prendre les finales J et N selon les mêmes règles que les autres substantifs :

  • Kiam vi havos rikolton, vi donos kvinonon al Faraono. - Quand vous aurez une récolte, vous en donnerez le cinquième au pharaon.
  • Mi ricevis dudek kvin centonojn. - J’ai reçu vingt-cinq centièmes.
  • Ŝi havas pli ol dek milionojn. - Elle a plus de dix millions.
  • La malprofito atingis sumon de kvardek sep miliardoj. - Le déficit a atteint la somme de quarante-sept milliard.

Les substantifs numéraux ne peuvent pas décrire directement un substantif, et sont alors employés avec la préposition da :

  • Li havas du miliardojn da dolaroj. - Il a deux milliards de dollars.
  • Ŝi vidis pli ol dek milionojn da homoj. - Elle a vu plus de dix millions de personnes.

Les mots en ON avec la finale –O ont également besoin de l’aide d’une préposition : Unu tago estas tricent-sesdek-kvinonotricent-sesdek-sesono de jaro.

Les numéraux peuvent également devenir des substantifs par ajout de la finale -O. Ils expriment alors une chose en relation avec le nombre ou un groupe d’une certaine quantité de choses. La finale –O est toujours collée au numéral. Par souci de clarté on peut utiliser des traits d’union, qui étaient à l’origine des espaces :

  • unuunuo = le chiffre 1, élément de base de calcul, quantité de base (par exemple mètre, kilogramme, ampère, etc.)
  • duduo = le chiffre 2, une paire, un duo
  • dek dudek-duodekduo = le nombre 12, un groupe de douze choses
  • du mil kvincentdu-mil-kvincento (de préférence pas dumilkvincento)
  • Mi aĉetis dekon da ovoj kaj dek-duon da pomoj. - J'ai acheté une dizaine d'œufs et une douzaine de pommes.

Nombres mixtes

Quand on associe des numéraux et des substantifs numéraux dans un seul nombre, les règles différentes qui les régissent entrent en collision. Les numéraux sont épithètes d’un mot principal alors que les substantifs numéraux sont eux-mêmes des mots principaux suivis d’une expression introduite par da. En général, la bonne solution est d’utiliser da dans ces cas-là car da employé avec des numéraux est inhabituel, bien que correct&bnsp;:

  • Tie loĝas 1.500.000 homoj. = Tie loĝas unu miliono (kaj) kvincent mil da homoj. - Ici habitent 1 500 000 personnes. = Ici habitent un million cing cent mille personnes.

    On peut dire également : ...unu kaj duona milionoj da homoj. Ou : ...unu komo kvin milionoj da homoj.

  • Mi havas unu milionon da eŭroj. Se mi ricevos ankoraŭ unu eŭron, mi havos unu milionon unu da eŭroj. - J’ai un million d’euros. Si je reçois encore un euro, j’aurai un million et un euro.
  • Li havas 10.300.978 $. = Li havas dek milionojn tricent mil naŭcent sepdek ok da dolaroj. - Il a 10 300 978 $. = Il a dix millions trois cent mille neuf cent soixante-dix-huit dollars.
  • Ili kostas kvar kaj duonon da dolaroj. - Ils coûtent quatre dollars et demi.

    Une autre bonne solution est : Ili kostas kvar kaj duonan dolarojn.

Adjectifs numéraux

Si on ajoute la terminaison A à un numéral, on obtient un adjectif qui indique une position dans un classement, un ordinal :

  • unua = premier, en position 1 dans le classement (sans élément avant lui)
  • dua = deuxième, en position 2 dans le classement (avec un élément avant lui)
  • tria = troisième, en position 3 dans le classement (avec deux éléments avant lui)
  • kvara = quatrième, en position 4 dans le classement (avec trois éléments avant lui)
  • deka = dixième, en position 10 dans le classement (avec neuf éléments avant lui)

Les numéraux ordinaux prennent les terminaisons J et N comme tous les autres adjectifs :

  • La sepan tagon de la semajno Dio elektis, ke ĝi estu pli sankta, ol la ses unuaj tagoj. - Le septième jour de la semaine, Dieu décida que celui-ci serait plus sacré que les six premiers jours.

Si on ajoute la terminaison A à un numéral composé de plusieurs mots, alors on peut combiner le tout en un seul mot, mais on peut aussi l’écrire en plusieurs mots. L’important est de mettre la terminaison A en dernier. Quand on combine les numéraux, on peut utiliser des traits d’union pour plus de clarté. Dans ce cas, on met les traits d’union là où il y a des espaces dans le numéral de départ :

  • Hodiaŭ estas la dudek sepa (tago) de Marto. = ...dudek-sepa... - Aujourd’hui on est le vingt-sept mars (« vingt-septième jour de mars »).

    (ou …dudeksepa…)

  • Georgo Vaŝington estis naskita la dudek duan de Februaro de la jaro mil sepcent tridek dua. = ...dudek-duan... mil-sepcent-tridek-dua. - George Washington est né le vingt-deux février [de l’année] mille sept cent trente-deux.

    Au lieu de dudek-duan on peut aussi écrire dudekduan, mais il vaut mieux éviter de remplacer mil-sepcent-tridek-dua par milsepcenttridekdua parce que c’est trop difficile à lire.

  • Tio okazis en la okdekaj jaroj. = ...iam en la jaroj de 1980 ĝis 1989 inkluzive. - Cela s’est passé dans les années 80 (« dans les quatre-vingtièmes années »). = …à un moment donné entre les années 1980 et 1989 incluses.
  • Ŝi estas la dua plej bona en nia klaso, kaj mi estas la tria. - C’est la deuxième meilleure de notre classe, et moi je suis le troisième.

    Il n’y en a qu’un qui soit meilleur que nous.

Quand on met un ordinal à côté d’un cardinal, il est préférable de mettre l’ordinal en premier pour éviter les ambiguïtés.

  • Tio okazis iam en la unuaj dek tagoj. - Cela s’est passé pendant les dix premiers jours.

    Si on disait la dek unuaj tagoj, il y aurait un risque de considérer dek comme une partie du numéral ordinal, et donc de comprendre la dek-unuaj tagoj (« les onzièmes jours »).

Autres numéraux avec la terminaison A

Les mots en ON avec la terminaison A sont des adjectifs ordinaires.

  • duona = demi, qui n’a qu’une moitié de sa taille totale
  • triona = qui n’a qu’un tiers de sa taille totale
  • centona = qui n’a qu’un centième de sa taille totale
  • Ĝi estas longa je duona metro. - Il fait un demi-mètre de long.

    Sa longueur est de 50 centimètres.

  • Kvaronan horon li restis. - Il est resté un quart d’heure.

    Il est resté quinze minutes.

Miliona, miliarda, etc. sont des adjectifs ordinaires, qui peuvent théoriquement avoir des sens différents selon le contexte. Mais en pratique, ils ont presque toujours un sens ordinal : Nia miliona kliento ricevos specialan donacon.

Nula est aussi un adjectif ordinaire, qui peut théoriquement avoir des sens différents selon le contexte, par exemple au sens ordinal : je la nula horo kaj tridek minutoj. En pratique, il est presque toujours utilisé au sens « nul, inexistant, sans valeur, invalide » : Bruo potenca, nula esenco.

Les adjectifs ordinaux issus de nombres mixtes sont théoriquement possibles, mais non recommandés : nia du-milion-unua kliento. Il est préférable d’utiliser des expressions avec le mot numero : nia kliento numero du milionoj unu.

Adverbes numéraux

Les numéraux avec la terminaison E ont le même sens que les adjectifs correspondants :

  • unue = premièrement, en premier
  • due = deuxièmement, en deuxième
  • dek-due, dek due = douzièmement, en douzième
  • Unue mi redonas al vi la monon, kiun vi pruntis al mi; due mi dankas vin por la prunto; trie mi petas vin ankaŭ poste prunti al mi, kiam mi bezonos monon. - Premièrement, je te rends l’argent que tu m’as prêté ; deuxièmement, je te remercie pour le prêt ; troisièmement, je te demande de m’en prêter encore quand j’aurai besoin d’argent.
  • Ĝi estas trione el plasto, trione el ligno kaj trione el metalo. - Il est fait d’un tiers de plastique, un tiers de bois et un tiers de métal.
  • Tiu monto estas eĉ ne centone tiel alta kiel Ĉomolungmo. = La alteco de tiu monto estas eĉ ne unu centono de la alteco de Ĉomolungmo (= Everesto). - Cette montagne n’est même pas aussi grande qu’un centième de l’Everest (« même pas un centièmement aussi grande que l’Everest »).

Nuanceurs de numéraux

Les prépositions ĝis, inter et po peuvent être utilisées avec des numéraux pour en nuancer le sens :

  • Restas ĉirkaŭ dek personoj. = Restas proksimume dek personoj. - Il reste environ dix personnes. = Il reste à peu près dix personnes.
  • Ĝis ducent homoj povas eniri. = Maksimume ducent homoj povas eniri. - Jusqu’à deux cent personnes peuvent entrer. = Au maximum deux cent personnes peuvent entrer.
  • Ili kostas de kvin ĝis dek eŭrojn. = Ili kostas minimume kvin kaj maksimume dek eŭrojn. - Ils coûtent de cinq à dix euros. = Ils coûtent au minimum cinq euros et au maximum dix euros.
  • Mi vidis inter cent kaj ducent homojn. = Mi vidis minimume cent kaj maksimume ducent homojn. - J’ai vu entre cent et deux cents personnes. = J’ai vu au minimum cent et au maximum deux cents personnes.
  • Aranĝu ilin en du vicoj, po ses en vico. = Aranĝu ilin en du vicoj, ses en ĉiu vico. - Rangez-les les en deux files, à raison de six par file. = Rangez-les en deux files, six dans chaque file.

Dans ce type de phrases, les prépositions ne se rapportent aucunement au substantif qui suit, mais on un sens uniquement pour le nombre. Si l’on retire le numéral, le nuanceur doit aussi disparaître car il n’a alors plus de sens :

  • Restas ĉirkaŭ dek personoj.Restas personoj. - Il reste environ dix personnes. → Il reste des personnes.

    (Restas ĉirkaŭ personoj n’a pas de sens.)

  • Mi vidis inter cent kaj ducent homojn.Mi vidis homojn. - J’ai vu entre cent et deux cents personnes.→ J’ai vu des personnes.

    (Mi vidis inter homojn n’a pas de sens.)

Ces prépositions ne montrent donc pas une fonction dans la phrase quand elles nuancent un numéral. Ce ne sont pas des marqueurs de fonction, mais elles ont plutôt un rôle d’adverbe : ĉirkaŭ = proksimume; de = minimume; ĝis = maksimume.

Les nuanceurs de numéraux peuvent apparaître en association avec des vrais marqueurs de fonction qui montrent la fonction dans la phrase de l’expression complète :

  • Ĝi estis virino, kiu povis havi la aĝon de ĉirkaŭ sesdek jaroj. - C’était une femme qui pouvait avoir l’âge d’environ soixante ans.

    Ĉirkaŭ concerne uniquement le nombre sesdek. De indique quel est la fonction grammaticale de l’expression ĉirkaŭ sesdek jaroj.

  • Nenie en la ĉirkaŭ cent jaroj la loko estis pli ŝanĝita, ol en unu malgranda frukta ĝardeno. - Nulle part, en environ cent ans, le lieu n’a été plus changé que dans un petit verger.

    Le complément de temps est introduit par la préposition en. Ĉirkaŭ est juste un nuanceur du nombre cent.

  • Ili loĝos tie de ok ĝis naŭ jarojn. - Ils habiteront ici de huit à neuf ans.

    L’expression de ok ĝis naŭ jarojn est un complément de durée, qui doit être introduit par le marqueur de fonction adéquat. Ici, c’est la finale –N qui joue ce rôle. De et ĝis nuancent uniquement les nombres.

  • Estis tiel malvarme, ke ili devis kuŝi sub po tri kovriloj. - Il faisait si froid qu’il devait coucher chacun sous trois couvertures.

    L’expression sub po tri kovriloj est un complément de lieu introduit par sub. Po nuance uniquement tri.

  • Li havas ĉirkaŭ mil eŭrojn. - Il a environ mille euros.

    L’objet ĉirkaŭ mil eŭrojn requiert la finale -N. Ĉirkaŭ nuance uniquement le nombre mil.

ans des phrases comme celles-ci, on utilise des particules comme nuanceurs et non pas comme prépositions — sauf sans le cas de po. Sur po, l’usage varie. Certains utilisent toujours po comme une véritable préposition, ce qui signifie qu’ils n’emploient jamais la finale –N avec po, même si l’expression est l’objet dans la phrase, par exemple Mi donis al ili po dek eŭroj. D’autres emploient toujours po comme un adverbe et ajoutent alors la finale –N quand la fonction dans la phrase le requiert, par exemple Mi donis al ili po dek eŭrojn. Les deux usages sont tout à fait corrects.

Expressions mathématiques

Formule Prononciation
2 + 2 = 4 Du kaj du faras kvar. / Du plus du estas kvar.
10 – 3 = 7 Dek minus tri faras sep.
22 × 6 = 132 Dudek du multiplikite per ses faras cent tridek du. / Dudekduoble ses estas cent tridek du. / Dudek du oble ses egalas al cent tridek du.
7:2 = 3,5 Sep dividite per du faras tri komo kvin.
46,987 kvardek ses komo naŭ ok sep (et non pas ...komo naŭcent okdek sep)
10² = 100 La dua potenco de dek estas cent. / Dek kvadrate estas cent.
5³ = 125 La tria potenco de kvin estas cent dudek kvin. / Kvin kube estas cent dudek kvin.
  • Kvin kaj sep faras dek du. - Cinq et sept font douze.
  • Dek kaj dek faras dudek. - Dix et dix font vingt.
  • Kvar kaj dek ok faras dudek du. - Quatre et dix-huit font vingt-deux.
  • Tridek kaj kvardek kvin faras sepdek kvin. - Trente et quarante-cinq font soixante-cinq.
  • Kvinoble sep estas tridek kvin. - Cinq fois sept font trente-cinq.

Le signe égale (=) peut être énoncé comme faras ou estas ou egalas (al), au choix : du kaj du faras kvar, dek minus tri estas sep, du oble du egalas (al) kvar.

Comme en français, en espéranto on ne met pas de point à la place de la virgule pour noter le signe décimal. Le point est utilisé comme signe décimal dans certains pays mais en espéranto, comme dans la plupart des pays, on utilise la virgule pour marquer la décimale.

Formule Prononciation
9403,5 km naŭ mil kvarcent tri komo kvin kilometroj / naŭ mil kvarcent tri kaj duona kilometroj
8,6 kg ok komo ses kilogramoj / ok kilogramoj (kaj) sescent gramoj
+37,7° (plus) tridek sep komo sep gradoj / tridek sep komo sep gradoj super nulo
49,75 USD kvardek naŭ komo sep kvin (Usonaj) dolaroj / kvardek naŭ (Usonaj) dolaroj (kaj) sepdek kvin cendoj

Les mots représentant des divisions d’unités telles que que gramoj (grammes) et cendoj (centimes) peuvent parfois être sous-entendues dans ces expressions : tri kilogramoj (kaj) sepcent, kvar dolaroj (kaj) sepdek kvin. Mais on doit faire attention à ce qu’il n’y ait pas de doute possible quand il est question d’une sous-unité.

Heures

Pour exprimer l’heure, il faut suivre l’un des modèles suivants. Les mots horo et minutoj sont très souvent sous-entendus :

En chiffres Lecture
3:15 (aŭ 15:15) Estas la tria (horo) (kaj) dek kvin (minutoj). / Estas dek kvin (minutoj) post la tria (horo).
9:45 (aŭ 21:45) Estas la naŭa (horo) (kaj) kvardek kvin (minutoj). / Estas dek kvin (minutoj) antaŭ la deka (horo).

Pour plus de clarté, on peut ajouter les expressions en la antaŭtagmezo ou antaŭtagmeze (« avant midi »), et en la posttagmezoposttagmeze (« après midi »). On peut aussi utiliser le système sur 24 heures :

  • Estas la dek-kvina (kaj) dek kvin. / Estas dek kvin post la dek-kvina. - Il est quinze heures quinze. « C’est la quinzième (et) quinze. / C’est quinze après la quinzième. »
  • Estas la dudek-unua (kaj) kvardek kvin. / Estas dek kvin antaŭ la dudek-dua. - Il est onze heures quarante-cinq. « C’est la neuvième (et) quarante-cinq. / C’est quarante-cinq après la dixième. »

À la place de 15 minutoj on peut utiliser kvarono, kvaronhoro ou kvarona horo. À la place de 30 minutoj on utilise souvent duono, duonhoro ou duona horo.

On indique les heures par des numéraux ordinaux : tria, naŭa, dek-dua, etc. Pour demander quelle heure il est, on emploie l’interrogatif kiom + la finale -A → kioma.

  • kiom? - combien ?tri, naŭ, dek du, dudek unu...
  • kioma? - quelle (heure) ?tria, naŭa, dek-dua, dudek-unua...

  • Kioma horo estas, gardisto? - Quelle heure est-il, gardien ?
  • Kioma horo estis, kiam vi alvenis? - Quelle heure était-il quand vous êtes arrivés ?

Pour indiquer quand une chose est arrivée, on doit utiliser un marqueur de fonction, normalement je, antaŭ, post, ĝis ou ĉirkaŭ :

  • Je (la) kioma horo okazis tio? - À quelle heure est-ce arrivé ?
  • Tio okazis je la tria kaj kvardek. - C’est arrivé à trois heures et quart.
  • Ni devas manĝi antaŭ la oka. - Nous devons manger avant huit heures.
  • Post la dek-unua horo ĉio devas esti preta. - Après onze heures, tout doit être prêt.

Quand il est question d’heure, on ne doit pas utiliser le marqueur grammatical N car il y a risque de confusion entre une heure et une date, que l’on indique également par des numéraux ordinaux : je la tria = "je la tria horo", la trian = "en la tria tago de la monato".

Dates

Pour indiquer une date, il faut utiliser les modèles suivants. Les mots tago (« jour ») et en la jaro (« dans l’année ») sont très souvent sous-entendus :

  • Estis la tria (tago) de Decembro (en la jaro) mil naŭcent naŭdek unu. - C’était le trois[ième] (jour) [de] décembre (de l’année) mille neuf cent quatre-vingt-onze.
  • Hodiaŭ estas la dua (tago) de Majo (en la jaro) du mil kvin. - Aujourd’hui, c’est le deux[ième] (jour) [de] mai (de l’année) deux mille cinq.
  • Morgaŭ estos la dudek kvina (tago) de Julio (en la jaro) du mil dek. - Demain, on sera le vingt-cinq[uième] (jour) [de] juillet (de l’année) deux mille dix.

Pour les années, on peut aussi utiliser des numéraux ordinaux, mais c’est de plus en plus rare :

Enter le jour et le mois, il faut toujours employer de parce que l’ordinal ne se rapporte pas au mois, mais au mot tago, qui est généralement omis : la unua de Majo = la unua tago de Majo, la dek-tria de Decembro = la dek-tria tago de Decembro. Si on dit la unua majo, on parle du premier mois de mai parmi plusieurs mois de mai.

Pour exprimer la date à laquelle quelque chose s’est produit, se produit ou se produira, il faut utiliser indiquer la fonction au moyen d’un marqueur approprié. Souvent on utilise la finale N :

  • Ili venos la sepan (tagon) de Marto. = Ili venos en la sepa (tago) de Marto. - Ils sont venu le sept mars.
  • La unuan de Majo ili komencis sian vojaĝon. = En la unua (tago) de Majo... - Le premier mai, ils ont commencé leur voyage.
  • Mi laboris tie ĝis la unua de Aŭgusto mil naŭcent sesdek. - J’ai travaillé là-bas jusqu’au premier août mille neuf cent soixante.

  • Antaŭ la lasta tago de Junio vi devas trovi laboron. - Tu dois trouver un travail avant le dernier jour de juin.
  • Post la dek kvina de Marto ŝi loĝos ĉe mi. - Après le quinze mars, elle habitera chez moi.
Retour au début