Aller au contenu

BO

BO = « parenté par alliance »

BO apparaît surtout dans les trois mots de parenté suivants et leurs équivalents féminins :

  • patrovia bopatro = le père de votre conjoint
  • filovia bofilo = le mari de votre fille
  • fratovia bofrato = le frère de votre conjoint, le mari de votre sœur, le mari de la sœur de votre conjoint.

Les mots bokuzo, bonevo, boonklo, boavo, bonepo, boparenco et bofamiliano (ainsi que leurs équivalents féminins) sont possibles, mais plus rares. À leur place on utilise normalement les mots simples sans BO.

Quand il s'agit de parenté par l'intermédiaire de deux mariages, on pourrait logiquement utiliser des mots avec un double préfixe BO : via bobofrato = «le mari de la sœur de votre conjoint», via bobokuzo = «le mari de la cousine de votre conjoint», via bobonevo = «le mari du neveu de votre conjoint», via boboonklo = «le mari de l'oncle de votre conjoint». Cependant en pratique on utilise un simple BO- même pour ces cas.

BO peut se trouver avec les préfixes GE et PRA. L'ordre de ces préfixes n'a pas d'importance pour le sens, mais en général GE se met après : bogepatroj, bogefratoj, prageavoj, bopragekuzoj, etc.

ĈEF

ĈEF = « le plus important, principal ». ĈEF indique que ce qui suit est le plus important parmi tous ceux de la même espèce :

  • redaktoroĉefredaktoro = le rédacteur le plus important (d'un journal, par exemple), qui est responsable du contenu du journal
  • artikoloĉefartikolo = l'article le plus important d'un journal, qui normalement contient l'opinion de l'éditeur ou du rédacteur en chef
  • urboĉefurbo = la ville qui est officiellement définie comme la plus importante du pays, et dans laquelle en principe se trouvent le gouvernement du pays, le parlement, etc.
  • stratoĉefstrato = la plus importante et plus grande rue d'une ville
  • ĉefo = la personne la plus importante ou qui a le rang le plus élevé

ĈEF indique la personne ou la chose la plus importante. Le suffixe ESTR indique une personne qui dirige et décide. Souvent cette personne, qui est la plus importante, a aussi un pouvoir de décision, c'est pourquoi parfois on peut exprimer la même chose soit par un mot avec -ESTR soit par un mot avec ĈEF-, par exemple : ĉefredaktoro (le rédacteur le plus important) ≈ redakciestro (qui dirige la rédaction). ESTR indique toujours une personne, alors que ĈEF en tant que préfixe n'indique pas par lui même une personne : ĉefurbo n'est pas du tout égal à urbestro. Le substantif isolé ĉefo indique lui par contre une personne, et c'est pourquoi les mots ĉefo et estro sont en pratique presque équivalents.

DIS

DIS = « qui se divise, se sépare en plusieurs directions ». On utilise aussi DIS devant des mots d'action, et cela montre toujours la manière de l'action ou son résultat.

Dans les mots qui indiquent un mouvement DIS montre que plusieurs choses bougent vers des directions différentes :

  • iridisiri = s'éloigner dans des directions différentes, se disperser
  • kuridiskuri = courir en partant dans des directions différentes
  • sendadodissendado = envoyer dans des directions différentes, diffuser

Avec les mots qui contiennent en eux-mêmes une idée de séparation, DIS renforce cette idée :

  • ŝiridisŝiri = déchirer en morceaux
  • rompidisrompi = casser en morceaux
  • dedisde = «de» dans un mouvement d'éloignement ou de dispersion (ici DIS apparaît exceptionnellement devant un mot qui n'est pas d'action)

Avec les mots qui contiennent une idée d'union ou de rassemblement, DIS remplace cette idée par celle de séparation ou de division. DIS est alors équivalent à MAL :

  • volvidisvolvi = dérouler
  • faldidisfaldi = déplier

DIS s'utilise aussi comme un radical ordinaire : disa = divisé, éparpillé; disigi = diviser, éparpiller

EK

EK = « commencement d'une action, action soudaine ». EK n'est utilisé que pour les actions et indique toujours la manière de l'action.

Le plus souvent EK indique que l'action commence. Il indique le tout début de l'action, souvent avec une nuance de soudaineté ou d'inattendu.

  • kuriekkuri = commencer à courir
  • sidieksidi = commencer à siéger
  • pluviekpluvi = commencer à pleuvoir
  • florofloriekflori = éclore
  • deekde = depuis (exceptionnellement ici EK n'est pas devant un mot d'action)

Le suffixe peut aussi, dans certains cas, montrer le début d'une action : sidiĝi, estiĝi et autre ; EK indique un commencement plus soudain et plus rapide que IĜ.

Quelquefois EK indique une action soudaine, qui ne dure qu'un bref instant. Dans ce cas il ne s'agit plus du seul commencement mais de l'action entière :

  • fulmiekfulmi = briller soudainement et momentanément comme un éclair
  • briliekbrili = briller soudainement et momentanément
  • rigardoekrigardo = regard soudain et bref

EK s'utilise aussi comme radical ordinaire et comme exclamation :

  • eki = se commencer
  • ekigi = commencer, faire démarrer
  • ek! = Allons! Commençons!

EKS

EKS = «qui a été et n'a plus cet état ou cette fonction». EKS est surtout utilisé pour les professions et autres fonctions de gens, mais quelquefois on le trouve aussi avec d'autres mots :

  • reĝoeksreĝo = personne qui a été roi auparavant, roi qui a abdiqué ou déchu
  • edzoeksedzo = personne qui auparavant était mari
  • (ge)edziĝieks(ge)edziĝi = casser, rompre un mariage
  • modaeksmoda = plus à la mode, démodé
  • eksa = d'autrefois, n'existant plus; eksiĝi = abdiquer, démissionner

EKS a le sens particulier de "castré" avec les noms d'animaux : bovoeksbovo = kastrita bovo.

GE

GE = « des deux sexes ». On utilise GE avec les mots masculins et neutres pour qu'ils indiquent les deux sexes.

GE indique le plus souvent un couple :

  • patrogepatroj = père et mère (d'enfants communs)
  • edzogeedzoj = un mari et sa femme, Monsieur et Madame
  • fianĉogefianĉoj = une fiancée et son fiancé
  • doktorogedoktoroj = un docteur et son épouse (logiquement gedoktoroj devrait être un couple de docteurs, c'est pourquoi on utilise très peu un mot comme gedoktoroj pour un couple)

On utilise aussi GE dans les mots de parenté pour indiquer un groupe de parents des deux sexes :

  • fratogefratoj = frère(s) et soeur(s)
  • filogefiloj = fils et fille(s)

GE est aussi parfois utilisé pour indiquer qu'il y a des personnes des deux sexes dans un groupe :

  • knabogeknaboj = des garçons et des filles
  • lernantogelernantoj = des élèves masculins et des élèves féminins
  • doktorogedoktoroj = des docteurs hommes et des docteurs femmes

Si un mot est neutre par lui-même, on n'ajoute pas GE, sauf si on veut particulièrement souligner que les deux sexes sont présents. Normalement on doit dire simplement lernantoj ou doktoroj.

GE apparait rarement devant ce qui ne peut pas avoir de sexe. Dans ces cas le mot en GE- indique que la chose concerne les deux sexes, avec une nuance de plaisanterie. De tels mots ne sont pas normaux et on ne doit pas normalement les utiliser: lernejogelernejo = école mixte

Note: Normalement les mots en GE avec une finale O du substantif ne peuvent se rencontrer qu'au pluriel, car il doit y avoir plus d'une personne pour que les deux sexes soient présents. Mais parfois on peut étendre le sens de GE à un sens similaire de "n'importe qui d'un des deux sexes". On peut alors trouver des mots comme gepatro = "le père ou la mère", geedzo = "le mari ou la femme". Cet usage n'est cependant pas normal, et beaucoup l'estiment illogique et incorrect. Ces mots sont quand même compréhensibles et peuvent être utiles. L'avenir montrera s'ils sont acceptés.

MAL

MAL = « l'idée directement contraire ». MAL ne peut être utilisé que pour des mots dont le contraire existe.

  • bonamalbona = mauvais
  • grandamalgranda = petit
  • feliĉamalfeliĉa = malheureux
  • laboremamallaborema = fainéant
  • grasograsamalgrasa = qui a peu de gras
  • plimalpli = moins
  • tromaltro = pas assez
  • fermimalfermi = ouvrir
  • amimalami détester
  • ŝlosimalŝlosi = déverrouiller
  • quitter (un groupe)
  • kodokodimalkodi = décoder, déchiffrer
  • antaŭmalantaŭ = derrière
  • supremalsupre = dessous
  • simetriomalsimetrio = dissymétrie
  • amikomalamiko = ennemi
  • lumomallumo = obscurité
  • malo = le contraire; male = au contraire

On peut parfois hésiter entre MAL et ne. Ne indique l'absence, le manque, de quelque chose alors que MAL indique la présence du contraire. Souvent on peut utiliser les deux, mais avec un sens différent. D'autre fois la différence n'est qu'une nuance. MAL est encore utilisé d'autres fois comme un ne plus fort :

  • laŭdi = louer, faire l'éloge, dire du bien
  • ne laŭdi = ne pas louer, ne pas dire du bien
  • mallaŭdi = blâmer, dire du mal
  • ne mallaŭdi = ne pas blâmer, ne pas dire du mal
  • amiko = un ami
  • neamiko = une personne qui n'est pas un ami
  • malamiko = un ennemi

MIS

MIS = « erreur, défaut ». MIS indique toujours la manière ou la qualité de ce qui suit .

  • kalkulimiskalkuli = faire une erreur de calcul
  • komprenimiskompreni = mal comprendre
  • skribimisskribi = faire une erreur d'écriture
  • korektimiskorekti = faire une erreur en essayant de corriger
  • uzimisuzi = utiliser d'une manière erronée
  • traktimistrakti = maltraiter
  • faromisfaro = mauvaise action
  • formomisformo = forme erronée
  • formimisformi = déformer

Ne confondez pas MIS et MAL. MIS ne change pas le sens original du mot, mais ajoute seulement une idée d'erreur ou de malfaçon. MAL change complètement le sens du mot en son contraire :

  • laŭdi = louer, dire du bien
  • mislaŭdi = louer à tort, dire du bien à tort
  • mallaŭdi = blâmer, dire du mal
  • mismallaŭdi = blâmer à tort, dire du mal à tort

PRA

PRA = « il y a longtemps, primitif ». PRA indique que ce qui le suit est très éloigné dans le temps :

  • homoprahomo = homme primitif des premiers âges de l'humanité
  • arbaropraarbaro = forêt primitive, forêt vierge
  • tempopratempo = les temps primitifs, antédiluviens
  • antaŭlastapraantaŭlasta = antépénultième (avant avant dernier)

Avec les mots de parenté av(in)o, nep(in)o, onkl(in)o, nev(in)o et kuz(in)o PRA indique la parenté distante d'une génération supplémentaire (antérieure ou postérieure) :

  • avovia praavo = le père de votre grand-père
  • avovia prapraavo = le père de votre arrière-grand-père
  • avovia praprapraavo = le père de votre arrière-arrière-grand-père
  • nepovia pranepo = le fils d'un de vos petit-enfant
  • nepovia prapranepo = le petit fils d'un de vos petits-enfants
  • onklovia praonklo = l'oncle de votre père (ou mère)
  • nevovia pranevo = le fils de votre neveu
  • kuzovia prakuzo = le fils du cousin (ou cousine) de votre père ou mère.

Pour les mots de parenté, patr(in)o et fil(in)o PRA indiquent une parenté lointaine de plusieurs ou de multiples générations antérieures ou postérieures :

  • patroprapatro = lointain parent mâle de qui l'on descend, fondateur réel ou imaginaire d'un peuple, d'une tribu ou d'une famille
  • filoprafilo = un parent éloigné mâle descendant de quelqu'un

On utilise généralement prapatroj et prafiloj (avec la finale -J) pour les ascendants et les descendants de quelqu'un, souvent sans distinction de sexe.

Dans les mots de parenté PRA peut se trouver avec les préfixes BO et GE.

RE

RE = « venir ou mettre de nouveau au même endroit qu'auparavant, faire ou devenir à nouveau comme avant, se passer encore de la même manière qu'avant ». RE n'est utilisé qu'avec des verbes d'action et concerne toujours cette action :

  • venireveni = venir de nouveau à un endroit où on était auparabant
  • doniredoni = donner quelque chose à celui qui l'avait auparavant
  • brilorebrilo = reflet brillant
  • bonigirebonigi = améliorer de nouveau quelque chose qui s'était détérioré
  • saniĝiresaniĝi = être à nouveau en bonne santé après une maladie
  • dirirediri = dire à nouveau la même chose, dire en réponse
  • troviretrovi = trouver quelque chose qu'on a perdu
  • konirekoni = voir quelque chose et remarquer qu'on le connait déjà, reconnaitre, admettre, la valeur de quelque chose
  • turnireturni = tourner de nouveau dans la direction précédente (opposée)
  • ree = de nouveau, encore une fois

Quelques mots en RE- sont apparus sous l'influence de langues nationales et ont une signification non-logique. Par exemple reprezenti ne signifie pas normalement «présenter à nouveau», mais «agir à la place de quelqu'un, en son nom». Resumi n'est pas «re-sumi», mais «exprimer l'essentiel de façon concise». Ces mots et d'autres sont plus maintenant considérés comme des mots composés mais des radicaux originaux: REPREZENT- et RESUM-. Returni et surtout returna et returne étaient aussi autrefois utilisés pour «retourner» (aller de nouveau ou rendre). Maintenant on ne les utilise plus que pour dire «tourner à nouveau».

Retour au début