Til innholdet

Les réfugiés pourraient être formés et enseigner ensuite l'espéranto, en France

fra Ascena,2016 10 25

Meldinger: 35

Språk: Français

Ascena (Å vise profilen) 2016 10 25 14:53:35

Dans ce reportage de 1'45 :
http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/voici-a-quo..., il est question de l'hébergement ici ou là en France, des migrants, issus de la jungle de Calais.

Il est dit que ceux-ci ne parlent ni français ni anglais. Pourquoi ne pas les former (les volontaires évidemment) pour qu'ils deviennent, à la suite d'une formation accélérée, enseignants en espéranto ?

Tous ceux qui sont encore en attente de la réponse à leur demande d'asile, n'ont pas le droit de travailler et recevront de la part d'associations des cours de français et des propositions d'activités (dit aussi ce même jour le journal de TF1 de 13 h). Et pourquoi pas des cours d'espéranto ?

opajpoaj (Å vise profilen) 2016 10 25 19:00:22

Voilà une bonne, excellente même, idée !
Peut-on espérer qu'elle éclaire les responsables politiques ?
(s'il n'y avait la volonté innée à tout dirigeant de 'diviser pour régner', ou moins de garder le babélisme qui ne profite toujours qu'aux mêmes personnes se pensant sorties de la cuisse de Jupiter !)
À défaut, la soumettre aux responsables (sur place) de l'hébergement... et pétitionner ?
Beaucoup, si pas la plupart (?) des migrants, possèdent un kares(tele)fonon... alors... Qu'ils essaient Lernu!

pikolas (Å vise profilen) 2016 10 26 00:49:57

Parlez avec une association espérantiste locale ridulo.gif

Roch (Å vise profilen) 2016 10 26 05:34:49

C'est bien utopique comme idée, déjà qu'ils s'alignaient pour l'Angleterre. D'autre part leur arabe est aussi une langue officielle des nations unis... s'ils ont des talents d'enseignants.

Ascena (Å vise profilen) 2016 10 26 08:20:11

Bon, tous les réfugiés ne parlent pas arabe, voyez cet article par exemple : http://www.nordlittoral.fr/calais/les-traducteurs-....

En fait, peu importe la langue ou la nationalité des réfugiés, on s'en moque. On parle ici de volontaires qui ont déjà l'objectif de rester sur le sol européen plus ou moins longtemps et même de s'intégrer définitivement. Chose d'autant plus facile avec une mission valorisante et utile de surcroit à l'Europe, devenir enseignant d'espéranto !

Même ceux qui repartiraient dans leur lointain pays emporteraient avec eux ce bagage inestimable : la connaissance d'une langue de communication équitable. À eux, ensuite, de la propager s'ils le souhaitent.

Il faut de toute façon proposer des activités à ces migrants désœuvrés, en centre d'hébergement. Déjà, on sait que l'apprentissage de l'espéranto favorise l'apprentissage d'autres langues. Et puis, on peut imaginer la fierté qu'ils pourraient ressentir en se voyant confier la tâche d'apprendre puis d'enseigner l'espéranto.

Dans tous les cas, il n'y a rien à perdre. Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut, les lecteurs, ici, les associations d'espéranto ou les personnes influentes devraient immédiatement contacter ces centres d'hébergement ou bien les communes et leurs associations d'aide, les responsables quoi. Il y a toujours du monde dans les associations locales d'espéranto, quelquefois des retraités, qui auraient du temps pour donner les premiers cours.

Ici, pas de politique, mais un parti pourrait aider à cette démarche particulière puisqu'il est déjà favorable à l'espéranto, voir : http://www.gauchemip.org/spip.php?article19352. À mettre au défi de porter ce sujet sur la place publique ! ridulo.gif

Roch (Å vise profilen) 2016 10 26 15:57:01

Et les prisonniers? Comme mesure de réinsertion social... pour alléger leur peines. Certains pourraient s'y prêter, non?

(L'espéranto pourrait devenir la langue du crime organisé international malgajo.gif mais bien sûr les policiers devraient l'apprendre aussi, pour contrer les trafiquants! rido.gif)

baba79 (Å vise profilen) 2016 10 26 17:49:30

Question bête mais... quel intérêt auraient des réfugiés à apprendre l'esperanto? Comment leur "vendre" une telle formation, alors que:
1 que leur intérêt premier serait peut-être d'apprendre... le français,
2 qu'à ma connaissance personne ne gagne sa vie en enseignant l'esperanto, et
3 qu'on a déjà du mal à convaincre son voisin de l’intérêt de cette langue?

L'idée est séduisante mais ... me parait pas réaliste telle quelle. Il faut la transformer en projet argumenté.

opajpoaj (Å vise profilen) 2016 10 26 20:49:58

Je risque une réponse bête, en vue de défendre une 'utopie'. (Mais qui s'incarne quand même dans le réel de millions de personnes de toutes latitudes depuis bientôt un siècle et demi.)
Par une autre question : quel intérêt ont eu certains à s'initier à telle nouvelle et discrète religion ... devenue par la suite prépondérante ? Comment leur a-t-on vendu une telle initiation, alors que leur intérêt premier était de suivre la croyance 'immémoriale', alors qu'ils n'allaient que gagner (être récompensés par, plutôt) une hypothétique autre vie post-mortem, alors que leurs proches se gaussaient de leur 'utopie' ?
Et ces choses se sont passées bien avant l'apparition de la Toile !
L'évidente simplicité d'une langue capable de tout exprimer en demeurant naturellement claire (pour le peu que j'en sache) n'a pas besoin d'argumentation°, mais de publicité, de Constantin(s) Ier(s) (François ? sait-on jamais ?), d'un clavier propre (sans doute bientôt inutile avec les progrès de la reconnaissance vocale).
Soyons réalistes, donc. Je perds donc mon temps, ici. (° d'autant qu'ici, je tombe dans l'argumentation !)
((en gras : la religion capitaliste bien incrustée))
Mais... a12c4 ! Kore,

Ascena (Å vise profilen) 2016 10 26 21:03:00

baba79:Question bête mais... quel intérêt auraient des réfugiés à apprendre l'esperanto? Comment leur "vendre" une telle formation, alors que:
1 que leur intérêt premier serait peut-être d'apprendre... le français,
2 qu'à ma connaissance personne ne gagne sa vie en enseignant l'esperanto, et
3 qu'on a déjà du mal à convaincre son voisin de l’intérêt de cette langue?

L'idée est séduisante mais ... me parait pas réaliste telle quelle. Il faut la transformer en projet argumenté.
Évidemment baba79, quiconque veut proposer, « vendre » comme tu dis, l'apprentissage de l'espéranto, doit lui-même être convaincu de l'intérêt de la langue. Quant aux trois points que tu soulèves :

1. On apprend plus vite le français ou une autre langue si l'on apprend l'espéranto en premier.

2. Les migrants n'auraient certes pas l'assurance de gagner leur vie plus tard en maitrisant l'espéranto, mais pendant leur séjour en centre d'hébergement, de toute façon, des activités leur seront proposées. N'oublions pas qu'ils n'ont pas le droit de travailler. Entre macramé et espéranto, ils auront le choix... Je te l'accorde, pour que tout cela débouche sur des emplois, une volonté politique est nécessaire concernant la communication en Europe et la fin du tout anglais. Les migrants ne sont pas stupides, peut-être sauront-ils mieux que nous autres être de bons ambassadeurs de cette langue, traducteurs vite disponibles pour les entreprises par exemple ou animateurs en périscolaire.

3. Si personne ne pouvait être convaincu, il y a longtemps que cette langue serait morte. Ton voisin n'a pas le temps peut-être de s'inquiéter du problème de communication en Europe ou ailleurs. C'est le monde du travail et les étudiants qui auraient besoin de maitriser une langue commune et facile... ainsi que les hautes sphères de l'Europe (du moins par l'intermédiaire de traducteurs « langue nationale > espéranto » et l'inverse).

Ne vouloir voir que des aspects négatifs ou irréalisables dans une idée n'aide pas beaucoup à faciliter la vie de nos enfants dans leurs études supérieures et celles de nos concitoyens en général. Il y a un gros problème de communication dans le monde avec d'énormes inégalités. Donc, ce qui s'applique en secourisme peut servir ici : « agir est toujours préférable à ne rien faire ». Le pire qu'il puisse arriver aux migrants avec ce scénario, c'est qu'ils aient juste appris l'espéranto. ridego.gif

Ajout : Vive opajpoaj ! ridulo.gif

Roch (Å vise profilen) 2016 10 27 06:52:12

Ouais. Moi je comprendrais "projet argumenté," plutôt comme un anglicisme peut-être, comme dans:

In academic writing, an argument is usually a main idea, often called a “claim” or “thesis statement,” backed up with evidence that supports the idea.

Tibake til toppen